Ce site utilise des cookies afin d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus
logo Oh de Durèze

Nous sommes ouverts au public!
We are open to the public!

ÉCOSYSTÈME A OH ! DE DUREZE EN ÉTÉ

Dans la vallée, dos à la Durèze, on aperçoit le village de Gensac. Sur le côteau à gauche, une poche écologique très importante est permanente avec un bocage, des arbres, des buissons et de l’herbacé.  En intermédiation, il y a une prairie fauchée. Le corridor biologique situé vers le haut assure une continuité vers une seconde poche qui est plus à droite.

Les deux poches : une qui est très dynamique avec beaucoup de plantes bisannuelles et l'autre avec des plantes annuelles. Elles apportent des floraisons longues et échelonnées, la pollinisation de jour comme de nuit. Plus tard, en fin de cycle, cela permettra d’avoir énormément d’insectes qui vont se développer et créer des niches, des étages écologiques et des chaînes alimentaires primordiaux pour attirer toutes sortes d’oiseaux. Ces niches sont très intéressantes car elles finiront en graines qui serviront de mangeoires à oiseaux.

Dans le creux de la vallée jusqu'au cours d'eau de la Durèze, une prairie sauvage est conservée car très dynamique et riche en graminées. A côté de cette prairie, une autre poche est conservée dans le but de bénéficier de cette floraison longue et échelonnée.

Ces grandes poches écologiques vont permettre un développement tout l’été sans difficulté et l'accès direct à la ripisylve (végétation bordant les milieux aquatiques) et au cours d'eau la « Durèze » qui abreuve la faune, le macrofaune, la microfaune, les oiseaux et également tout ce qui est avifaune.

Il est préférable de nettoyer ces poches très dynamique en automne puisque les plantes auront fini leur cycle à l'exception des poches permanentes où des arbres sont présents.

Les collecteurs vont être laissés en herbe qui joue un rôle important. Les plantes rendront les collecteurs moins visibles et permettront d’assainir les poches d’eau qui vont stagner et d'éviter le développement des moustiques.

Ces eaux qui arrivent à la Durèze souvent chargées d’éléments minéraux tels que des nitrates, des phosphates et des potasses seront ainsi filtrées grâce aux salicaires (plante herbacée à proximité des cours d’eau), aux épilobes (plante à fleur sur sol humide) et quelques roseaux.


A l’automne, les diverses poches seront nettoyées pour permettre la reprise d'un nouveau cycle et éviter que les arbres ne poussent de façon désordonnée et referment le paysage.L’important est d’établir un équilibre entre un paysage ouvert et un paysage fermé afin de créer une vraie poche de biodiversité.

C’est cet équilibrage qui est en train de se mettre en place avec le projet Oh ! de Durèze et qui le rend très intéressant.